Projet Amazone

Préambule :

La commission féminine du CRNATA : PROJET

Document format pdf.gif

La commission a décidé de porter un projet sur du long terme. Nous souhaitons que cette action soit suivie sur plusieurs saisons et que l’exemple du Club Pilote « Les Archers du Bois Dinot, serve de base aux clubs de la Nouvelle Aquitaine.pdf.gif

Philippe Raffin président du club de Marans a été coopté par le Comité Directeur, il a été intégré à la commission féminine. Le Club "Les archers du Bois Dinot", est à l’initiative du projet AMAZONE dont vous trouverez le détail dans les pièces jointes. Il bénéficie de notre soutient pour cette action au bénéfice des femmes atteintes de cancer du sein. Grâce à son travail, Philippe a retenu l'attention de la ligue contre le cancer, de Comité Départemental dont il dépend, de médecins du sport, oncologues et hématologues.

Ce projet pilote est étendu à tous les clubs volontaires de la nouvelle région dans le cadre des actions "SPORT ET SANTE".

Les clubs qui voudront valoriser cette action et s'inscrire dans cette démarche devront présenter leur projet à notre commission. Elle étudiera les demandes et vérifiera qu’elles soient en adéquation avec le projet.

Critères déterminés :

- Nombre de féminines atteintes de cancer du sein accueillies,

- Action(s) mise(nt) en oeuvre,

- Initiation ou entrainement sur une ou plusieurs journées,

- Nombre de licences prises à l'issue des animations.

Calendrier :

Dépôt des candidatures : au plus tard le 31/03/2018

Démarrage de l’action : à compter de 03/2018

Date de limite de retour des dossiers le 31/09/2018

Instruction des dossiers :

- Nadine Sechet

- Anthony Hillairet

- Philippe Raffin

- Milady Frasson

Contact :

- Milady Frasson
- Téléphone : 05.53.68.68.90 Lundi et mardi matin
- Mail : milady.frasson@gmail.com

Partenaire de l’action :

- Ligue contre le cancer
A ce jour : Départements 17 et 47
En cours pour les autres départements.


Notre commission ce fait un devoir de reconnaître et de valoriser un projet d'ampleur sur la condition et la reconnaissance de la place des femmes dans le sport en général, et plus encore si ces femmes ont besoin de nous. Au nom du CRNATA, Nous remercions Philippe Raffin de sa collaboration et de son investissement à l’élaboration de ce projet.

LE SPORT : UNE COMPETITION CONTRE LE CANCER


Parce que la maladie et les traitements ont des retentissements sur le corps. C’est pour cela qu’il fautagir.
Durant toutes les périodes de la vie, il est recommandé de pratiquer une activité sportive.
Pendant le traitement, le sport permet de diminuer les effets secondaires dus aux thérapies.
C’est le meilleur remède pour lutter contre la fatigue. Le maintien de la masse musculaire limite les effets des chimiothérapies, il lutte également contre les douleurs musculaires et articulaires de la thérapie.
Le sport améliore la qualité de vie. Il diminue l’anxiété et les troubles du sommeil, il permet de rompre contre l’isolement.
A la suite des traitements, le sport contribue à la guérison.
Il permet de réduire les séquelles de la chirurgie ou de la radiothérapie (ex : lymphoedème suite à un curage auxiliaire, …), dans certains cancers, la pratique d’un sport limite le risque de rechute.
La conclusion des rapports donné par des médecins du sport, des oncologues et hématologues est simple : TOUS AU SPORT !!!
Il est important que les inscriptions et la pratique du tir à l’arc soit conditionnée par la présentation d’un certificat médical de non contre-indication à la pratique. Il devra être délivré par le médecin oncologue, hématologue ou médecin du sport.

LA PRATIQUE DU TIR A L’ARC

Le tir à l’Arc concourt à l’amélioration de l’état de stress des différentes pathologies. Son exercice musculaire harmonieux offre une réadaptation à l’effort.

Pourquoi les médecins oncologues ont choisit le tir à l’arc.

C’est un sport qui allie :
o La force musculaire
o Les repères dans l’espace,
o La concentration
o L’amélioration de l’équilibre
o La coordination des mouvements
o La respiration

L’objectif est de proposer aux dames, atteintes de cancer du sein de pratiquer un sport adapté à leur handicap et à leur maladie. Il est aussi de leur permettre, également de se rencontrer, d’intégrer des groupes de personnes valides, de leur permettre de retrouver la confiance en soi et de soutenir leur démarche. Chaque séance doit se terminer par un moment de convivialité.

Les moyens nécessaires pour la mise en place de l’activité dans de bonnes conditions :

o La puissance et le poids de l’arc : faible puissance
o Le type de flèches : le geste doit pouvoir être accompli entièrement, facilité depénétration et de retrait
o Le site de pratique : en salle sur des cibles mobiles, il faudra prendre en compte le temps d’adaptation des femmes. En extérieur, un énorme avantage aux vertus thérapeutiques, possibilité de mettre en place un parcours dédié en prenant en
compte la distance de tir
o Le type de butte de tir, adapté à l’activité.
o Les créneaux horaires : mettre en place 1 ou plusieurs créneaux sur le site à des horaires où le lieu est tranquille.

Formation obligatoire pour les encadrants. Les cadres techniques régionaux assureront la formation de base en fonction d’un planning. Une relation entre les médecins et les encadrants est nécessaire.

Le tarif des licences :

Les ligues contre le cancer sont toutes indépendantes, chacune détermine la part qu’elle prend en charge. (Pour information celles de Charente Maritime et du Lot et Garonne attribuent une aide de 50€ par personne).


Le projet porté au niveau fédéral - FFTA :


Le projet du CRNATA, est dans le prolongement de notre fédération.

La FFTA étudie la mise en place d’une licence adaptée à cette activité. Elle devra prendre en compte l’engagement du corps médical par le biais d’un certificat médical remis pour la pratique du tir à l’arc.
Actuellement, elle propose les ATP (Autres Titres de Participation), qui serait la création « de licences journalières ou temporaires » dans le cadre d’actions de développement ou de pratiques particulières.
Cette pratique sur prescription est très encadrée et nécessitera de former et de valider les compétences aux personnes assurant les séances. Les structures devront recevoir une certification pour offrir les séances de sport santé (Voir circulaire d’information fédérale N°547).
En complément, il nous semble intéressant de mettre en place une formation pédagogique courte avec la ligue contre le cancer, où seraient abordés les risques liés aux traitements subits. Cette formation permettra aux éducateurs dédiés à cet entrainement, d’améliorer leurs capacités d’accompagnement, de comprendre la psychologie d’un malade : comment gérer les moments de doutes, de baisse de moral ou l’état physique, et ainsi savoir comment réagir selon les cas. Cette formation nous semble utile et très importante car nous ne sommes, ni médecin, ni kinésithérapeute.

CONCLUSION :

Le club de Marans porte ce projet en tant que club pilote. Vous trouverez dans la pièce jointe le projet porté par le club.
Philippe Raffin est invité à l’assemblée générale à développer le projet mis en place dans son club.
Avant de démarrer une action, nous vous invitons à vous rapprocher de la commission féminine.

Milady FRASSON – Responsable de la commission féminine